Accueil > Vie communautaire > Communes > Marillac-Le-Franc > Le patrimoine > L’église Saint Didier de Marillac-le-Franc

L’église Saint Didier de Marillac-le-Franc

L’église Saint Didier de Marillac fut élevée au XIIe siècle sur un plan en croix latine en remplacement d’une église du XIe siècle.

Derrière sa façade rythmée de contreforts et percée d’un portail central à trois voussures brisées se développe une nef unique éclairée par trois baies en plein cintre ouvertes dans le mur latéral sud.
La voussure supérieure du portail est agrénentée d’un cordon végétal terminé à ses extrémités par une tête crachant des rinceaux. Les deux autres rouleaux, nus, retombent sur des colonnettes dont les chapiteaux sont ornés d’anneaux à la base de la corbeille et de feuilles aux angles.
Deux colonnettes semblables encadrent la fenêtre percée au-dessus de l’entrée. Son archivolte est pourvue d’un rang de pointes de diamant.
La présence de deux registres de corbeaux dans les parties hautes de cette facade laisse entendre que, cette dernière devait être à l’origine surmontée d’un pignon triangulaire.

Un clocher carré domine la croisée du transept. Il est percé d’une archère-canonnière à l’Ouest, alors que des baies en plein cintre sont ouvertes dans ses trois autres faces.

L’abside semi-circulaire est épaulée par deux contreforts montant jusqu’à la corniche dont certains modillons ont été refaits. Trois fenêtres en plein cintre assurent l’éclairage de ce côté de l’église.

A l’intérieur, un berceau de bois couvre la nef qui semble n’avoir jamais été voûtée. Quatre arcs à deux rouleaux, légèrement brisés déterminent la croisée. Ils retombent sur de fortes piles dont les demi-colonnes sont sommées de chapiteaux sculptés. Une coupole sur pendentifs couvre cet espace.
Les bras du transept et leur voûte d’arêtes en brique ont été refaits en 1882. Le transept d’origine comportait semble-t-il des absidioles. Sont à remarquer les passageslatéraux entre la nef et les bras du transept.

L’abside, voûtée en cul-de-four, est parcourue par une arcature supportée par des demi-colonnes posées sur un petit banc de pierre.

Les chapiteaux de la croisée et de l’abside présentent des motifs décoratifs et des scènes variés : pinceaux, têtes grimaçantes, chouettes, pommes de pin, atlantes crochets aux angles de certaines corbeilles. Ces oeuvres d’une facture un peu lourde ne manquent pas de charme. Leur style ainsi que l’aspect des bases des demi-colonnes renvoient au XIIe siècle.

Notons également que les supports situés du côté des bras du transept ainsi que leurs chapiteaux, ont été refaits au XIXe siècle. C’est à cette époque que fut sans doute réalisée la chaire à prêcher. L’autel majeur, taillé dans du marbre de carrare, fut acquis en 1900.

info portfolio


Plan du site | Mentions légales | Site officiel de la Communauté de communes Bandiat Tardoire ©2006-2013