Mairie de Pranzac

Horaires d'ouverture de la mairie

Lundi-Mardi-Mercredi-Jeudi : 8h30 - 12h00 et 13h45 - 18h00
Vendredi : 8h30 - 12h00 et 13h45 - 17h00.

téléphone : 05 45 70 30 20

 


Élus

Maire : Jean-Louis LAC*

Adjoints : Jean-Luc ABELARD*, Philippe MAPAS, Bernard
TERRADE

* conseiller communautaire titulaire

 

Contacter la mairie

Vivre à Pranzac

Constructions & transformations de bâtiments

Les demandes de constructions et de transformations de votre logement (piscines, abris de jardin, garages etc.) doivent faire l'objet d'une demande auprès de votre mairie qui transmettra les éléments à la communauté de communes pour instruction. Rendez-vous directement sur notre page dédiée à l'instruction du droit des sols pour en savoir plus sur vos démarches et leur délais sur notre territoire.

Coordonnées du service ADS :

1 avenue de la gare
16110 La Rochefoucauld-en-Angoumois
Tél. : 05 45 63 15 35
Courriel : ads@rochefoucauld-perigord.fr

 

Rénovations énergétiques (isolation, mode de chauffage, etc.)

Pour plus d'informations, visitez notre page sur l'engagement TEPos de la communauté de communes.

Contactez le service ADS pour prendre rendez-vous avec le technicien info-énergie ou/et l'architecte du CAUE (permanences le 1er mercredi du mois à l'antenne de La Rochefoucauld-en-Angoumois) :

Coordonnées du service ADS :
1 avenue de la gare
16110 La Rochefoucauld-en-Angoumois
Tél. : 05 45 63 15 35
Courriel : ads@rochefoucauld-perigord.fr

Le service de développement économique de la communauté de com­­munes La Rochefoucauld Porte du Périgord est là pour vous aider dans la recherche de financements ainsi qu’en appui pour le
montage de dossiers de subventions.

Pour encourager la création d’entreprise, la Région a mis en place une offre d’accompagnement intitulée « Entreprendre, la Région à vos côtés ». Le souhait est d’offrir un appui à près de 10 000 porteurs de projets de création et/ou reprise d’entreprise jusqu’à son développement.

L’ensemble du territoire de la communauté de communes est classé en zone de revitalisation rurale. Cela permet aux entreprises qui s’y implantent ou qui souhaitent embaucher de bénéficier d’exonérations fiscales.

Avant de lancer de votre projet sur la commune de Pranzac, contactez notre agent qui saura vous épauler pour la création de votre entreprise  :

Marine BOUSSETON - Chargée de mission développement économique

2 rue des vieilles écoles 16220 MONTBRON

tel : 07.62.66.69.46

E-mail : m.bousseton@rochefoucauld-perigord.fr

L’école primaire de Pranzac est en RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) avec l’école de Bunzac : elle dépend d'une compétence communale.

Les deux écoles accueillent des enfants de la grande section jusqu'au CM2.

Une convention avec l'école maternelle de Chazelle a été passée pour accueillir les plus jeunes.

Pour inscrire vos enfants dans cette école, contactez directement :

Mairie de Pranzac :

téléphone : 05 45 70 30 20

1 Route de Chazelles, 16110 Pranzac

Maison de Services au Public La Rochefoucauld Porte du Périgord

Portée par la communauté de communes, la MSAP a pour mission de vous accueillir, vous informer, de vous conseiller et de faciliter vos démarches administratives et sociales. Il s'agit d'un service gratuit, confidentiel et sans rendez-vous.

Pour plus de renseignements sur la MSAP située à proximité de Pranzac à La Rochefoucauld-en-Angoumois, cliquez ici !

Maison des Solidarités

Les professionnels des maisons départementales des solidarités (MDS) vous accueillent, vous écoutent, vous informent et vous accompagnent dans tous les domaines de la solidarité : accès aux soins et santé, éducation et soutien à la parentalité, aides aux personnes âgées et handicapées, insertion sociale et professionnelle, accès aux droits, ...

Cliquez ici pour une présentation des services de la MDS de La Rochefoucauld-en-Angoumois.

Maison départementale des solidarités de La Rochefoucauld-en-Angoumois

3 boulevard Bossand BP 90045

16110 LA ROCHEFOUCAULD

tél : 05 16 09 51 40

Les services sur Pranzac

Salle des fêtes
École
Commerces
Commerces itinérants
Terrains de sports
Cinéma

Venir à Pranzac

1 Route de Chazelles, 16110 Pranzac

Patrimoine & Histoire

Reposant sur un podium circulaire à l’emplacement de l’ancien cimetière, cette colonne évidée, couronnée d’un petit toit conique surmonté d’une croix, abritait au Moyen Âge une lampe.
La colonne, haute d’un peu plus de 3 mètres, est percée de plusieurs trous dont on ignore la fonction précise. Une ouverture rectangulaire pouvait être close d’un volet. Permettait-elle l’introduction d’une lampe hissée au sommet par un système de poulie ? Est-ce un orifice plus récent ? Était-ce par les trous circulaires situés plus haut que la lampe était introduite ? Au sommet du fût de la colonne, quatre ouvertures diffusaient la lumière du lumignon.

UN CIMETIÈRE MÉDIÉVAL

Les lanternes des morts sont présentes dans les cimetières médiévaux entre le XIIe et le XVe siècle. En Charente, deux subsistent - outre celle de Pranzac - à Cellefrouin et à Brigueuil. Au Moyen Âge, le cimetière est un vaste jardin ; les sépultures ne sont pas recouvertes de pierres tombales avant le XVe siècle. Seule la lanterne des morts, surélevée par un emmarchement en forme de Golgotha - colline où fut crucifié Jésus-Christ - et surmontée d’une croix, manifeste le caractère chrétien du lieu incitant à la prière et à la méditation.

AU CŒUR DE L’ANCIEN CIMETIÈRE

L’actuel espace public sur lequel s’élève la lanterne des morts a été aménagé au XIXe siècle à l’emplacement de l’ancien cimetière. En 1859, sensibilisée aux graves problèmes d’hygiène posés par la présence
du cimetière au centre du bourg, la municipalité choisit de le déplacer au lieu-dit « Les Grilles » sur la route de La Rochefoucauld. Seule la lanterne reste alors en place. En 1880, l’espace devient place publique, puis champ de foire en 1940. Classée Monument historique en 1905, la lanterne, restaurée, bénéficie depuis 1975 d’un environnement paysagé la mettant en valeur.

 

 

 

Les parties les plus anciennes de l'édifice, les murs de la nef, du faux-carré et du sanctuaire se terminant carrément, datent du XIIe siècle. Probablement simplement arpentée à l’origine, la nef
est voûtée en brique depuis 1866. Les voûtes sur croisée d’ogives couvrant les deux espaces orientaux ont été relevées à la fin du Moyen Âge ou au XVIe siècle en remplacement de voûtes romanes.
À cette même époque a été construit au sud un bas-côté de cinq travées, de la longueur de l’église, communiquant avec elle par cinq arcades brisées. Les trois premières ont des voûtes sur croisée d’ogives simples, les deux autres, sont couvertes de voûtes nervurées beaucoup plus complexes formant des étoiles à quatre branches.

Depuis 2011, l’église s’est enrichie d’un orgue italien construit par le facteur d’orgues Bernard Boulay grâce à une souscription lancée sept ans plus tôt par l’association Les Secrets de Pranzac.

LA CHAPELLE RENAISSANCE

La chapelle renaissance (vers 1520-1530) est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1938. Sa voûte remarquable de deux travées est traversée de seize nervures se rejoignant chacune à cinq clés de voûte à pendentif : d’une exécution artistique et d’un fini remarquable, elles sont caractéristiques de la Première Renaissance française. L’une d’elle porte le blason de la fondatrice, Catherine de Clermont-Dampierre, seigneur de Pranzac dès 1526, en losange bordé par deux anges « deux clefs en sautoir surmontées d’une couronne à fleurons »

 

Cette forteresse de plaine, aujourd’hui ruinée et ne bénéficiant d’aucune protection particulière, a été construite dans la vallée du Bandiat - lieu de passage très fréquenté - dont elle assurait la surveillance au Moyen Âge. Au XVe siècle, l’emprise du château était délimitée par une vaste enceinte pentagonale longée à l’ouest par le canal du Bandiat. Au XVIIe siècle, le fief de Pranzac devient la propriété de la famille des Cars, illustre famille du Limousin ( leur nom d’origine «russe » apparaît dans les textes en 1188).

À proximité de l’église et au sud de l’enceinte castrale, ce vaste bâtiment en moellons possède une haute toiture à double pan couverte de tuiles plates et bordée de pignons à crochets. L’ensemble est caractéristique de l’architecture de la fin du Moyen Âge (XVe ou début XVIe siècle).

La tradition locale en a fait la maison familiale du révolutionnaire Jacques Roux.

 

En contrebas du village du même nom, au sud du bourg, sur le Vieux-Bandiat et à proximité d’un gouffre engloutissant régulièrement les eaux de la rivière, le promeneur découvre un gué, ancien lieu de passage en période de basses eaux. La passerelle de pierre qui le longe est réservée aux piétons lorsque le niveau de l’eau remonte et que la rivière coule de nouveau dans son lit. Un auteur du XIXe siècle remarque que ses pierres « au grain si dur et si serré, paraissant inusables, semblent n’avoir nullement conservé la trace du passage des piétons tellement la surface en est polie au point qu’on dirait du marbre blanc. »