Accueil > Vie communautaire > Communes > Pranzac > Le patrimoine > Autres curiosités patrimoniales de Pranzac

Autres curiosités patrimoniales de Pranzac

Ce n’est pas difficile de trouver d’autres traces des générations précédentes, à coup sûr éléments de notre patrimoine. Ici, l’eau a toujours été rare et la pierre abondante. Pierre calcaire du Jurassique moyen (Bathonien), à texture oolithique comme de petits oeufs biens soudés, exploité dans les carrières de Luget et Combebrune. Ou calcaire à caractère récital sur les bords du Bandiat où l’on distingue des traces d’anciennes exploitations. Egalement des trous d’extraction d’argile à tuile et de modules métalliques pour les hauts-fourneaux de Rancogne et Ruelle, jusqu’au XIXe S et pour faire travailler des dizaines de cloutiers, au bourg notamment. Des trous d’extractions du sable, dans la vallée, signalent encore une intense activité d’extraction au cours des "Trente Glorieuses" notamment.

Des fosses d’effondrement du karst local sont visibles comme la Fosse de l’Ermitage : 40 mètres d’effondrement sur plusieurs hectares. Mais aussi des galeries souterraines explorées, comme le lac souterrain du Bois du Clos, à hauteur d’eau variable et qui offre un regard précieux sur l’aquifère de la Touvre et l’intensité de sa résurgence.

Autre héritage du passé, la langue occitane, parlée par une population enrichie constamment des migrations en provenance du Limousin et du nord Périgord. Au niveau des souvenirs vivaces : le vécu des Pranzacais, en zone occupée de 1940 au début de 1943, à quelques centaines de mètres de la ligne de démarcation, avec tous les épisodes qui s’y rattachent de même que les coups de mains de la Résistance ou les parachutages dans la vallée du Bandiat.

Une ligne de chemin de fer (Angoulême-Limoges) fonctionne encore et traverse le nord-ouest de la commune. Mais deux autres lignes dont les traces sont encore bien visibles ont fonctionné de 1886 à 1986 et de 1912 à 1947, laissant ouvrages d’art, remblais, tranchées, sur près de 10 kilomètres.

Les marchés aux bovins et aux volailles à divers endroits du bourg, avec aussi ses halles des XVIIIe et du XIXe S qui sont encore visibles.
Ce dernier point, à lui seul, illustre ce qu’étaient les échanges, le travail et la communication dans une commune rurale avant la télévision et la robotisation.


Plan du site | Mentions légales | Site officiel de la Communauté de communes Bandiat Tardoire ©2006-2013