Accueil > Vie communautaire > Communes > Bunzac > Le patrimoine > Le gouffre de Chez Roby à Bunzac

Le gouffre de Chez Roby à Bunzac

Parmi les innombrables pertes karstiques qui jalonnent le cours du Bandiat dans sa partie charentaise, le gouffre de chez Roby, situé à 400 mètres en amont du pont Olivier sur la commune de Bunzac, présente un certain nombre de spécificités qui font de lui le gouffre le plus intéressant et le plus attachant de la vallée.

Peut être en premier lieu à cause de la légende qui l’entoure :

"Autrefois, une reine de France voulut savoir ce que devenaient les eaux qui s’abîmaient dans le gouffre de Chez-Roby, et fit faire dans ce but des propositions avantageuses aux savants de l’époque, mais le danger était si grand que personne n’accepta de tenter l’aventure. Le sénéchal d’Angoumois, voulant faire sa cour à la souveraine, lui présenta un condamné à mort qui consentait à tenter l’aventure, pourvu que sa grâce lui fut accordée s’il réussissait dans son projet. Le condamné fut descendu dans le gouffre, enfermé dans une cage pourvue d’un puissant luminaire ; après un quart d’heure d’exploration dans les entrailles de la terre, il fut ramené à la lumière. Il raconta qu’il avait vu sur des rochers plus hauts que la cathédrale d’Angoulême, des poissons énormes qui avaient failli l’avaler, lui, sa cage et son luminaire ; il n’avait réussi à leur échapper qu’en faisant une prière à la Vierge, et force signes de croix ; les poissons avaient alors pris la fuite à ce signe vénéré. La reine vit clairement que le récit du condamné était exact et lui accorda sa grâce."

C’est en raison de ce caractère légendaire, et peu de temps après l’enquête hydro spéléologique menée par Norbert Casteret en 1936 sur l’alimentation des sources de la Touvre, que le site de Chez Roby fut classé en 1937 parmi les monuments naturels et inscrit à l’Inventaire.

Autre particularité hydrogéologique intéressante, le gouffre de Chez Roby est situé au confluent de deux talwegs, anciens affluents du Bandiat. L’un en rive droite, dont le relief est très prononcé au pied du village de la Grande Garde, remonte jusqu’à la carrière de Combe Brune, sur la commune de Pranzac. L’autre vallée, en rive gauche, a été mise à profit pour la construction de la ligne de chemin de fer Angoulême Limoges dans la traversée de la forêt de Bois Long, elle bifurque ensuite pour rejoindre la Fosse Ronde, en limite sud de l’ancien camp américain de la Braconne.

Ces deux vallées, aujourd’hui sans écoulement superficiel, cachent certainement une circulation d’eau souterraine.


Plan du site | Mentions légales | Site officiel de la Communauté de communes Bandiat Tardoire ©2006-2013