Accueil > Vie communautaire > Communes > Bunzac > Le patrimoine > Le moulin de Trotte Renard à Bunzac

Le moulin de Trotte Renard à Bunzac

Niché au pied de la barre rocheuse boisée truffée de renardières, au débouché d’une combe qui favorise le passage de la sauvagine de la vallée aux champs cultivés du plateau, il s’agit bien d’un lieu où "trotte (le)renard ", tout près du village du même nom.

Le moulin fut établi sur la châtellerie de La Rochefoucauld en bordure de celle d’Angoulême dont Montgoumard est une enclave. Il devint par la suite, pour un temps, la propriété des maîtres du logis de Montgoumard.

A la Révolution, Montgoumard pourtant jaloux de sa différence fut rattaché à la commune de Bunzac, ainsi l’appellation « Moulin de Montgoumard » fut elle usitée pendant un certain temps.

Mais la dénomination de "moulin de Trotte Renard" s’est heureusement imposée dès l’origine.

Le moulin "tournant, virant et faisant farine", expression usuelle des baux à ferme, est de loin le plus courant. Il existe deux terminologies pour désigner les moulins fariniers. Il y a tout d’abord le moulin blanc, destiné à moudre les "bleds" dits durs (froment, maïs) et le moulin noir ou brun qui broie le seigle et le méteil. A côté, on trouve aussi des pil-mils qui se rencontrent surtout au 17e siècle et finissent par disparaître au XVIIIe.

Un bail à ferme de 1662 décrit le moulin de Trotte Renard comme moulin "brun", moulin à huile et pil-mil. Soixante dix ans plus tard, en 1732, le moulin de Bunzac possède une meule blanche, une meule brune ainsi qu’une meule à huile. Le pil-mil a disparu à cette date comme dans beaucoup d’autres moulins : le mil a été remplacé par les autres céréales, notamment le maïs.

Pour entraîner ses trois meules, le moulin possédait alors trois roues. Elles furent remplacées au siècle dernier par la grande roue actuelle qui permet de faire fonctionner trois meules à grain par l’intermédiaire d’un rouet de fosse et d’un rouet de volée.

Après la Deuxième guerre mondiale, le moulin reste silencieux jusqu’en 1990.

Le nouveau propriétaire lui même fils de meunier a restauré et remis en marche les mécanismes mus maintenant par une seule roue.


Plan du site | Mentions légales | Site officiel de la Communauté de communes Bandiat Tardoire ©2006-2013